Jean-Michel Piton ou la permanence d’une voix

 

 

Écouter Jean-Michel Piton, c’est comme regarder la mer. On a sa douceur en plein horizon et l’on entend sourdre les monstres de ses profondeurs. Ce que l’on voit, ce que l’on entend, c’est le résultat d’un paysage vendéen, fait de blessures inavouées, d’ivresses passionnelles anciennes et d’un apaisement qui ressemble à de la sagesse.

 

jm piton

Jean-Michel Piton, c’est une équation complexe pour de multiples inconnus, faite d’excès délicats et puissants comme sa voix intacte, celle d’un adolescent majeur. C’est aussi de la vieillesse qui dure pour rassurer la nôtre. C’est efficace et inutile comme un poème réussi. Choisi pour nous parler comme on ne chante plus. Massif et léger. Transparent comme un regard et opaque comme la mort qui cherche à trop fraterniser avec nous-même. Que voulez-vous que je vous dise ? Jean-Michel Piton ne s’use pas. Il nous lisse, nous polit de sa tendresse violente. Il fait du bien à notre temps qui passe. Et on en redemande.

 

Bruno Ruiz, Toulouse, le 23 février 2020

 

 

Actualités

 

 

Préparation du Volume 3 Musiques et Mots de l'Âme.

 

Projet d'enregistrement de l'Homme de la Manche.